Le brainstorming,

Ecrit par Olivier Lalitte

Le 8 octobre 2019

une tempête bienfaitrice ?


Le brainstorming, ou remue-méninges, est une technique de remise en question d’une situation ou processus en favorisant l’émergence d’idées nouvelles, voire disruptives. Avant d’entrer dans le process du brainstorming, parlons un peu de notre outil principal : notre cerveau. Que se passe-t-il dans notre tête ?

Alors que l’hémisphère gauche de notre cerveau est le siège de l’analyse, de la rigueur et du raisonnement, l’hémisphère droit est celui de la créativité, de l’imagination et du rêve.

Lors d’une séance de brainstorming, on part d’une question, on laisse les idées affluer sans discrimination (c’est la notion de divergence), puis on retient celles qui peuvent conduire à des solutions (c’est la convergence), pour enfin apporter une réponse.

La difficulté est que nous avons tendance à peu diverger et à vite converger, car si le cerveau est un bel outil pour inventer, il est encore plus efficace pour critiquer ! Il est donc facile de balayer d’un revers de la main une idée sans même s’en rendre compte. En effet le cerveau réagit en fonction de notre regard, notre culture, nos tabous, le milieu dans lequel nous évoluons, etc. Avant de démarrer une séance de brainstorming, il faut créer les conditions de succès. La règle du jeu pour les participants est simple : ne pas se censurer. Il doit y avoir un animateur dont le rôle est de veiller au bon respect de cette règle, de tout noter, et de favoriser les rebonds des uns sur les idées des autres. Ensuite vient le tri des idées. Un outil très pratique est la matrice de priorités :

Le brainstorming est un outil puissant mais qui nécessite de la rigueur à toutes les étapes : choix des participants, mise en place d’un climat de confiance qui va permettre la libération de la parole et de la créativité, animation, etc.

Articles connexes

Suivez nous sur nos réseaux sociaux :